Sunday, 10 Dhu al-Hijjah 1445 | 2024/06/16
Time now: (M.M.T)
Menu
Main menu
Main menu

Les objectifs de la visite des hauts responsables militaires américains auprès de l'entité juive

بسم الله الرحمن الرحيم

Les objectifs de la visite des hauts responsables militaires américains auprès de l'entité juive

Les objectifs de la visite des hauts responsables militaires américains auprès de l'entité juive

(Traduit)

Question:

Sada Al Balad a publié sur son site web, le jeudi 9/3/2023, "Le Pentagone a annoncé aujourd'hui, jeudi, que le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a convenu avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d'accroître la coopération pour faire face à l'agression iranienne." Le lieu de la réunion a été déplacé du ministère de la défense à l'aéroport de Tel Aviv en raison de la vague de protestations : ["Le Pentagone a déclaré que les réunions d'Austin avaient été déplacées du ministère israélien de la défense aux environs de l'aéroport de Tel-Aviv. Des dizaines de milliers de manifestants ont pris place dans les rues des villes israéliennes pour la neuvième semaine consécutive samedi contre le projet du gouvernement d'extrême droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu de modifier le système judiciaire." (Reuters 8/3/2023)]. Quel est l'intérêt de la visite de ces hauts responsables militaires américains auprès de l'entité juive ? Y a-t-il un lien significatif avec la guerre russe contre l'Ukraine ? Ou s'agit-il de calmer l'arène palestinienne ? Ou bien ces visites sont-elles différentes et ont-elles d'autres objectifs ? Qu'Allah vous récompense par le bien.

Réponse :

Pour clarifier la réponse, nous allons passer en revue ce qui suit :

Premièrement : Il est peu probable que ces visites aient pour but d'empêcher l'entité juive d'apaiser la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine et de ne pas adopter une position hostile comme l'Amérique, afin d'éviter d'irriter la Russie, qui permet à l'entité juive de bombarder des cibles à l'intérieur de la Syrie sans rencontrer d'obstacle de la part de ses systèmes de défense antiaérienne en Syrie, surtout que le gouvernement de l'entité est embourbé dans une bataille interne avec l'opposition, et ne considère donc pas le rattrapage des pays occidentaux dans leur soutien à l'armée ukrainienne comme une priorité pour lui, et il est donc peu probable que la question ukrainienne soit un motif de visite pour les responsables américains.

De même, il est peu probable que ces visites aient pour but de calmer la situation dans l'arène palestinienne. Malgré son intensité et sa sensibilité et le fait qu'elle soit le principal sujet de visites d'anciens responsables américains (le secrétaire d'État, le directeur du renseignement central et le conseiller à la sécurité nationale), elle ne peut être un motif de visites de responsables militaires tels que le chef d'état-major et le secrétaire à la défense. Malgré sa nature sensible, il ne s'agit pas pour l'Amérique de mobiliser l'énergie de ses hauts responsables militaires dans une perspective belliqueuse.

Deuxièmement : Il semblerait cependant que la visite soit motivée par d'autres raisons... et cela peut être interprété à la lumière des éléments suivants :

1- Netanyahu était un ami proche du parti républicain américain, et il s'est opposé au président démocrate Obama lorsqu'il a signé un accord nucléaire avec l'Iran en 2015. Il a vraiment irrité Obama, en particulier son discours au Congrès américain contre l'accord nucléaire, et sa relation avec l'Amérique était très intime pendant l'administration Trump, qui a récompensé Netanyahu en déplaçant son ambassade à Jérusalem, a reconnu son annexion du Golan et lui a donné le Contrat du siècle en Cisjordanie, qui n'a pas été achevé.

2- Après l'arrivée du nouveau président démocrate américain Biden, celui-ci s'est efforcé de soutenir l'alliance des partis Lapid et Bennett, ce qu'il a réussi à faire, et Netanyahu a été battu lors des élections de mars 2021, après quoi une nouvelle coalition des partis Bennett et Lapid a pris le pouvoir au sein de l'entité juive. Toutefois, ce succès n'a pas duré longtemps. Au contraire, Netanyahu a coopéré avec les partis de l'extrême droite et a remporté les élections de novembre 2022.

3- Netanyahu a insisté pour former le ministère en alliance avec les partis de l'extrême drtoite et a tourné le dos aux souhaits de l'administration Biden de former un gouvernement incluant le groupe loyal à l'administration Biden (Lapid et Gantz en particulier). Lorsque les positions de ce nouveau gouvernement ont été annoncées, il a fait l'objet de critiques américaines sévères et peu communes, telles que la nécessité de préserver la solution des deux États, le refus de traiter avec des ministres qui ont été décrits comme étant extrémistes dans son gouvernement, et la troisième est la critique des politiques de Netanyahu concernant le changement du statut du système judiciaire dans l'entité juive, qui sont habituellement considérées comme des questions internes, mais l'Amérique a critiqué cette politique publiquement et a invité ses partis loyaux à s'opposer aux mesures prises par Netanyahu pour dominer le système judiciaire.

4- L'opposition juive n'a pas laissé beaucoup de temps à Netanyahu, et des protestations généralisées se sont élevées contre lui rapidement et avec une force inhabituelle pour l'entité juive. La lutte pour le pouvoir s'est déroulée comme une fracture. Une nouvelle image est apparue dans l'entité juive, qui n'avait jamais existé à cette échelle : des manifestations par dizaines de milliers contre le gouvernement et ses mesures visant à mettre le système judiciaire entre les mains du gouvernement, les manifestants assiégeant les maisons des responsables gouvernementaux, fermant les rues et y brûlant des pneus, des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes tirés par la police juive contre les Juifs, et les choses ont commencé à se développer de plus en plus. Certains fonctionnaires de police ont désobéi aux ordres de disperser les manifestants par la force, la dispute a fait rage entre le gouvernement et l'opposition, les Juifs ont été divisés en deux camps opposés, les capitalistes ont commencé à se frayer un chemin pour échapper à l'entité juive, 50 grandes entreprises sont parties, et les officiers réservistes ont déclaré leur incapacité à obéir aux ordres de ce gouvernement... et l'atmosphère s'est fortement tendue entre les partisans du gouvernement et les partisans de l'opposition, à tous les niveaux. Les positions de l'administration Biden ont été marquées par un encouragement à l'opposition juive contre Netanyahu.

Troisièmement : face à cette situation proche du chaos, Netanyahu a tenté de rassembler les rangs des Juifs derrière lui et s'est empressé de jeter de l'huile sur le feu déjà brûlant dans l'arène palestinienne. Cela a commencé par l'accélération de la prise d'assaut juive de la mosquée Al-Aqsa et par de nouveaux massacres à Jénine et à Naplouse. Netanyahu voulait montrer aux Juifs la détermination de sa position face aux Palestiniens. Il espérait calmer la situation interne afin de pouvoir modifier le système judiciaire en sa faveur, de sorte que toutes les accusations de corruption portées contre lui par les tribunaux juifs soient retirées, ce qui est une épée suspendue à son cou depuis longtemps, mais cela ne s'est pas produit. Au lieu de cela, l'escalade contre les Palestiniens s'est retournée contre lui, car le massacre du camp de Jénine a été immédiatement suivi du meurtre de huit Juifs à Jérusalem, et le massacre de Naplouse a été accompagné des opérations de Hawara et de Jéricho. Netanyahu s'est donc retrouvé dans une situation plus critique, d'autant plus qu'il a été confronté à une intensification de la contestation au sein de l'entité juive, ce qui a renforcé son accusation d'échec en matière de sécurité et le fait que sa politique expose les Juifs à davantage de frappes palestiniennes, et Netanyahu a dû trouver une autre solution.

Quatrièmement : En conséquence, Netanyahu a rapidement modifié son plan de frappe contre l'Iran, afin d'unifier les rangs des Juifs derrière lui et d'assurer son maintien au pouvoir. Et ce, pour plusieurs raisons, dont les principales sont les suivantes :

1- Alors que les Palestiniens ripostent coup pour coup à l'entité juive, les gouvernements des pays environnants et proches sont dans la soumission et ne réagissent pas véritablement. La Syrie ne répond pas aux coups des Juifs, de même que l'Irak. Même l'Iran, qui a récemment été frappé par des drones sur des usines militaires à Ispahan et a accusé l'entité juive, n'a riposté que deux semaines plus tard par une attaque de drone sur un navire en mer d'Arabie appartenant à un Juif, et cette attaque n'a fait aucun blessé, mais a plutôt légèrement endommagé le navire. Auparavant, l'Iran avait accusé l'entité juive de saboter des installations nucléaires, ce qui, selon l'ancien président, avait entraîné une perte de 10 milliards de dollars, et l'Iran n'avait pas réagi, et ainsi de suite... En d'autres termes, Netanyahu estime que la réaction de l'Iran à toute attaque sera faible, de sorte que Netanyahu remportera la manche conformément à ses attentes, ce qui l'encourage à poursuivre son agression.

2- En ce qui concerne le dossier nucléaire iranien, l'Iran fait l'objet de critiques internationales importantes et continues. Les négociations n'ont pas permis de rétablir l'accord nucléaire avec les grandes puissances, et comme l'entité juive déclare qu'elle ne peut pas permettre à l'Iran d'atteindre le seuil nucléaire, cela constitue pour elle une grande justification pour lancer des frappes contre les installations nucléaires iraniennes. Dans ce contexte, l'Iran est accusé par l'Occident de transgresser les limites et d'augmenter le degré d'enrichissement de l'uranium : [Selon l'Institut pour la science et la sécurité internationale, l'Iran peut produire suffisamment de matériaux de qualité militaire pour fabriquer une bombe nucléaire en seulement 12 jours, et il peut produire quatre autres bombes en l'espace d'un mois. Un rapport de l'Institut indique que le régime iranien pourrait raffiner suffisamment d'uranium pour fabriquer un total de sept armes nucléaires en trois mois, selon l'Institut dans un rapport analysant les informations fournies par l'Agence internationale de l'énergie atomique. (Al-Arabiya Net, 5/3/2023)].

Cinquièmement : nous constatons que Netanyahu s'est concentré sur ces questions et les a exploitées en tentant de lancer des attaques vigoureuses contre l'Iran qui permettraient d'unir les rangs serrés des Juifs autour de son pouvoir et de mettre fin au chaos interne qui pourrait affaiblir son pouvoir s'il s'y résignait et ne prenait pas de mesures importantes et, sur un autre plan, de lui redonner l'éclat du pouvoir et de la tyrannie et de renverser la situation interne en sa faveur. Il semble que la nouvelle de ces intentions et plans du gouvernement Netanyahu soit parvenue à Washington, qui s'est empressé d'empêcher le gouvernement Netanyahu de prendre une telle mesure. La préoccupation de l'Amérique, en fonction de ses intérêts dans les circonstances actuelles, est dirigée vers la guerre de la Russie contre l'Ukraine, en plus de la question de la Chine, et elle ne veut pas se préoccuper d'une guerre dans la région entre l'Iran et l'entité juive. L'Amérique a constaté que Netanyahu, pour résoudre ses problèmes internes, pense sérieusement à déclencher une guerre avec l'Iran, mettant ainsi Biden dans l'embarras en intervenant, car l'Amérique annonce dans ses nombreuses déclarations qu'elle est attachée à la sécurité de l'entité juive, et comme nous l'avons mentionné plus haut, l'Amérique est maintenant préoccupée par d'autres guerres.

Sixièmement : Les visites de ces hauts responsables militaires américains auprès de l'entité juive avaient pour but de décourager Netanyahu de faire cette guerre afin qu'il n'embarrasse pas Biden en intervenant à un moment où l'Amérique ne veut pas se préoccuper d'autre chose que de la Chine et de la guerre de la Russie contre l'Ukraine. Ces visites ont été accompagnées de deux facteurs permettant d'atteindre les intérêts de l'Amérique, comme nous l'avons mentionné plus haut :

Tout d’abord : l'Amérique a poussé le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique à adoucir ses déclarations sur le nucléaire et à les adoucir avec l'Iran, car le directeur de cette agence s'est rendu sur place et a rencontré de hauts responsables iraniens au cours des mêmes visites de responsables américains dans la région, et a annoncé une avancée majeure en déclarant : "L'Iran a accepté de redémarrer les caméras de surveillance sur plusieurs sites nucléaires et d'augmenter la fréquence des inspections." (RT, 4/3/2023). Puis la déclaration fracassante du directeur de l'agence, rapportée par Al-Jazeera Net, 5/3/2023 : (Grossi a déclaré lors de sa visite à Téhéran hier, samedi, que "toute attaque militaire contre une installation nucléaire est hors-la-loi". Netanyahu a répondu : "Rafael Grossi ... a fait une remarque indigne".

Ensuite : l'intensité des protestations internes contre Netanyahu. L'Amérique, au-delà du fait qu'elle ne veut pas que l'entité juive déclenche une guerre contre l'Iran à l'heure actuelle, veut que Netanyahu reste embourbé dans le chaos interne et que l'état de protestation reste fort et dynamique dans l'espoir que cette situation renverse le gouvernement Netanyahu, de sorte que les partisans de l'Amérique, c'est-à-dire les partisans du parti démocrate, reviennent au pouvoir au sein de l'entité juive... d'autant plus que l'Amérique a une grande influence au sein de l'entité juive dans le cercle politique et militaire.

Septièmement : il ressort de ce qui précède que l'Amérique sera probablement en mesure d'empêcher Netanyahu de déclencher une guerre offensive contre l'Iran, d'autant plus que l'entité juive est trop lâche pour mener à bien une telle guerre sans le soutien de l'Amérique

﴿ضُرِبَتْ عَلَيْهِمُ الذِّلَّةُ أَيْنَ مَا ثُقِفُوا إِلَّا بِحَبْلٍ مِنَ اللَّهِ وَحَبْلٍ مِنَ النَّاسِ

“Où qu'ils se trouvent, ils sont frappés d'avilissement, à moins d'un secours providentiel d'Allah ou d'un pacte conclu avec les hommes. [Aal-i-Imran : 112].

Et la corde d'Allah a été coupée après leurs prophètes, et la corde des gens est leur réalité, ceci d'une part. D'autre part, si Netanyahu perd l'espoir de mener une telle attaque contre l'Iran, il continuera, avec les conseils de ses maîtres du Parti républicain américain, à prendre toute autre mesure offensive qui ferait perdre leur élan aux mouvements d'opposition contre lui. Il n'aura peut-être pas d'autre choix que de revenir enflammer l'arène palestinienne ou de frapper la bande de Gaza ou le Liban, car il est obsédé par son maintien au pouvoir et ne peut imaginer le quitter après avoir réuni autour de lui une coalition de partis de droite et de la droite religieuse juive, plus assoiffés que lui de faire couler le sang des musulmans où qu'ils se trouvent.

Voici ce qui a commencé à apparaître, comme l'a publié Sama News le jeudi 3 septembre 2023 : (Trois Palestiniens ont été abattus par les forces d'occupation, qui les ont assassinés ce matin dans la ville de Jaba', dans le district de Jénine. Les forces spéciales israéliennes ont infiltré la ville de Jaba', au sud de Jénine, et ont ouvert le feu sur un véhicule dans lequel se trouvaient quatre jeunes hommes, tuant trois d'entre eux. Des renforts militaires sont arrivés dans la ville, au milieu d'affrontements avec des groupes de résistance, avant que ces forces ne se retirent). France 24 a également publié le 10/3/2023 : (Jérusalem AFP - Un Palestinien a été tué vendredi par un colon israélien en Cisjordanie occupée, selon ce qu'ont annoncé l'armée israélienne et le ministère palestinien de la Santé ; à la veille d'une nouvelle journée dans la spirale de la violence, quatre Palestiniens ont été tués, dont l'auteur d'une attaque armée à Tel-Aviv, qui a fait trois blessés. Jeudi, un Palestinien a ouvert le feu dans la rue Dizengoff, dans le centre de Tel Aviv, blessant trois personnes, avant d'être tué à son tour par les balles de la police. Des sources médicales israéliennes ont indiqué que l'état de l'un des blessés était "critique" aujourd'hui. D'autre part, la police israélienne a déclaré avoir arrêté deux personnes, l'une originaire de la ville de Ramla, au sud de Tel Aviv, et l'autre de la ville de Kisefa dans le Néguev (sud), "soupçonnées d'avoir transporté le terroriste" qui a mené l'opération de Dizengoff).

Il est clair que l'entité juive tue et arrête à l'abri des dirigeants musulmans qui l'entourent !

Huitièmement : Finalement, cette entité qui vit dans la région comme une tumeur maligne ne trouve personne parmi les dirigeants de la région qui cherche à l'éradiquer ou même à la dissuader, mais ils s'empressent plutôt de se rapprocher d'elle ! Par conséquent, vous la trouvez constamment en train de penser à l'expansion et à l'élimination de tout danger qu'elle pense menacer son existence. Et ce n'est pas elle qui supprime les menaces seul, mais bien la collaboration avec ces dirigeants ou leur silence ! Cette entité est basée sur la terre de l'Islam, la terre bénie de Palestine, et la relation avec elle doit être une relation de guerre. La normalisation avec elle est un crime majeur :

﴿إِنَّمَا يَنْهَاكُمُ اللَّهُ عَنِ الَّذِينَ قَاتَلُوكُمْ فِي الدِّينِ وَأَخْرَجُوكُمْ مِنْ دِيَارِكُمْ وَظَاهَرُوا عَلَى إِخْرَاجِكُمْ أَنْ تَوَلَّوْهُمْ وَمَنْ يَتَوَلَّهُمْ فَأُولَئِكَ هُمُ الظَّالِمُونَ

“Allah vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes.” [Al-Mumtahana: 9]

C'est la règle de la charia qui doit être appliquée, et cette règle, même si les dirigeants des pays musulmans ne veulent pas l'appliquer, ou si leurs maîtres coloniaux ne leur permettent pas de l'appliquer, cette Oumma est une Oumma vivante qui ne restera pas longtemps silencieuse face à l'injustice, et si elle se calme, ce n'est rien d'autre que le calme du lion avant son attaque. Elle reprendra donc sa vie islamique et établira le Khilafah Rashidah (califat bien guidé), si Allah le

veut. Son Khalifah (calife) rassemblera la Oumma derrière lui et conduira l'armée de l'Islam pour anéantir les visages des Juifs, entrer dans la mosquée comme les Musulmans y sont entrés pour la première fois, et annihiler complètement ce que les Juifs ont accaparé.

﴿وَيَقُولُونَ مَتَى هُوَ قُلْ عَسَى أَنْ يَكُونَ قَرِيباً

“…et ils diront: « Quand cela ? » Dis: « Il se peut que ce soit proche.” [Al-Isra: 51]

18 Sha’ban 1444

10/3/2023

back to top

Catégories de Sites

Liens

Occident

Terres Musulmanes

Terres Musulmanes