Friday, 10 Shawwal 1445 | 2024/04/19
Time now: (M.M.T)
Menu
Main menu
Main menu

La scène politique du Nigeria

بسم الله الرحمن الرحيم

La scène politique du Nigeria

La scène politique du Nigeria

(Traduit)

Question :

Les élections provinciales et d'État ont eu lieu au Nigeria le 11/3/2023, après les élections présidentielles. Les résultats ont été annoncés le 1/3/2023, avec la victoire du candidat du parti au pouvoir, le All Progressives Congress Party, Bola Ahmed Tinubu, ces élections ayant eu lieu le 25/2/2023. Son rival du Parti démocratique populaire, Atiku Abubakar, arrivé en deuxième position, a contesté les résultats, de même que son rival du Parti des travailleurs, Peter Obi, arrivé en troisième position. L'Amérique a exprimé son inquiétude et a déclaré son soutien à ceux qui ont contesté les résultats et n'a pas félicité le vainqueur, tandis que la Grande-Bretagne a déclaré sa joie devant les résultats et a félicité le président élu. Quels sont les changements intervenus sur la scène politique au Nigeria ? Quelle est l'importance de l'élection pour l'Amérique et la Grande-Bretagne ? Que représentent leurs positions sur les élections ?

Réponse :

Afin de clarifier la réponse aux questions ci-dessus, nous passons en revue les éléments suivants :

1- Le Nigeria est un pays musulman. L'islam est entré dans la région de Kano, au nord du Nigeria, dès le milieu du 7e siècle de notre ère, et s'est répandu au pays des Haoussas et des Fulanis, au nord et au centre du Nigeria, par le biais du commerce. L'islam s'est réellement répandu au milieu du 10e siècle de notre ère grâce aux juristes andalous. Plus tard, un émirat islamique a été établi dans ces régions, appelé califat ottoman ou califat de Sokoto, d'après Osman Dan Fodio, dont l'État a duré près de cent ans jusqu'à ce que les Britanniques le détruisent en 1904 de notre ère. L'école de pensée malikite est bien connue des tribunaux de la charia au Nigeria, et la plupart des musulmans sont sunnites, 12 États appliquant certaines règles de la loi islamique.

2- La population du Nigeria est aujourd'hui d'environ 220 millions d'habitants, alors que les Nations Unies estiment qu'en 2021, elle était d'environ 219 millions, et la majorité de la population est musulmane, entre 65% et 75%, selon diverses statistiques. Quant à la superficie du Nigeria, elle avoisine le million de kilomètres carrés. Entre 1900 et 1904, la Grande-Bretagne a pu étendre son contrôle sur toutes les régions qui sont devenues le Nigeria, après y avoir éliminé la domination islamique. La Grande-Bretagne lui a ensuite accordé son indépendance formelle le 1/10/1960, et a remis le pouvoir à la minorité chrétienne Igbo, avant de l'annexer au Commonwealth en 1963. Le Nigeria est composé de différentes ethnies, dont les plus importantes sont trois grands groupes ethniques, à savoir : les Haoussas et les Fulanis au nord et au centre, dont l'écrasante majorité est musulmane, les Yorubas au centre et au sud-ouest, dont la majorité est chrétienne mais qui comptent une importante minorité musulmane, et les Igbos au sud-est, issus d'une minorité chrétienne catholique.

3- Lors des élections qui ont eu lieu en 1999, Obasanjo l'a emporté sans conteste et est resté au pouvoir pendant deux périodes électorales, du 29/5/1999 au 29/5/2007. Tout au long de son règne, Obasanjo a fait preuve d'un parti pris évident pour l'Amérique et d'une hostilité flagrante à l'égard des musulmans. Lors des élections de 2015, Muhammad Bukhari, fidèle aux Britanniques, a remporté le scrutin et Bola Ahmed Tinubu était l'un de ses plus fervents partisans. Ahmed Tinubu s'est fait connaître en tant que commanditaire politique et homme fort, puis s'est présenté lui-même (aux élections) en utilisant le slogan "It's my turn actually" (c'est mon tour en réalité), où il s'est présenté aux élections de 2023 et les a remportées.

Le 1/3/2023, la Commission électorale indépendante du Nigeria a annoncé la victoire du candidat du parti au pouvoir, le Progressive Congress Party, Bola Ahmed Tinubu, aux élections présidentielles qui ont eu lieu le 25/2/2023, parmi 18 candidats, et il a obtenu 8.8 millions de voix, avec un pourcentage de 37% des 87 millions d'électeurs ayant obtenu des cartes électorales, tandis que ses deux rivaux, Atiku Abubakar, le candidat du People's Democratic Party, a reçu environ 6,9 millions de voix, soit 29%, et Peter Obi, le candidat du Labor Party, a reçu environ 6,1 millions de voix, soit 25%. Atiku Abubakar et Peter Obi ont rejeté les résultats, avec l'intention de les contester et de considérer qu'ils ont été truqués, ce qui a conduit à "un scrutin qui n'était ni libre, ni équitable, ni transparent". Atiku Abubakar a pris la tête d'une marche de ses partisans le 6/3/2023, qui se sont rassemblés devant les bureaux de la Commission électorale nationale indépendante. Un représentant du Parti démocratique populaire a soumis une pétition à un représentant de la Commission électorale à ce sujet. Cependant, les résultats des élections n'ont pas été modifiés.

4- C'est pourquoi la Grande-Bretagne a fait l'éloge du processus électoral au Nigeria, comme l'a déclaré son ministre des affaires étrangères, James Cleverly, dans une déclaration publiée sur le site officiel du gouvernement britannique le 1/3/2023, dans laquelle il a félicité le président élu, Bola Ahmed Tinubu. La déclaration se lit comme suit : "Le Royaume-Uni félicite les électeurs nigérians pour leur participation aux élections présidentielles et à l'Assemblée nationale, ainsi que pour leur patience et leur résistance dans l'exercice de leurs droits démocratiques. Nous félicitons le président élu, le sénateur Bola Ahmed Tinubu. Nous prenons note de la position des partis d'opposition sur le résultat des élections et des préoccupations exprimées par les missions d'observation et la société civile concernant l'organisation du processus, y compris les retards et les problèmes techniques. Nous encourageons les autorités à examiner attentivement toutes les préoccupations, à prendre des mesures pour résoudre les problèmes en suspens et à se concentrer sur la réalisation de la volonté du peuple nigérian".

Il s'agit d'une position de soutien au président élu par la Grande-Bretagne, qui n'accuse pas sa campagne de falsification ou de manipulation, mais demande plutôt à ses autorités d'étudier toutes les préoccupations, considérant que les autorités sont impartiales dans l'étude. Par ailleurs, un soutien est apparu de la part de l'Union européenne vis-à-vis de l'Amérique. Le représentant de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, a déclaré : "Les élections présidentielles et législatives que le Nigeria a connues il y a quelques jours sont une opportunité majeure pour consolider la démocratie dans ce pays d'Afrique de l'Ouest. Malgré un contexte difficile et des défaillances opérationnelles, le peuple nigérian a montré son attachement à la démocratie." (KUNA 28/2/2023). Ainsi, le soutien de la Grande-Bretagne au président nouvellement élu au Nigeria apparaît, tout comme celui de l'Europe face à l'influence américaine en Afrique.

5- La position américaine était négative à l'égard de l'élection de Bola Ahmed Tinubu. Le porte-parole du département d'État, Ned Price, a déclaré dans un communiqué : "Les Nigérians sont tout à fait en droit d'avoir de telles préoccupations et devraient avoir des attentes élevées à l'égard de leurs processus électoraux. Il existe des mécanismes bien établis pour le règlement des litiges électoraux, et nous encourageons tout candidat ou tout parti cherchant à contester le résultat à chercher à obtenir réparation par le biais de ces mécanismes. Nous nous joignons à d'autres observateurs internationaux pour exhorter la CENI à s'améliorer dans les domaines qui requièrent le plus d'attention... Nous comprenons que de nombreux Nigérians et certains partis ont exprimé leur frustration quant à la manière dont le processus a été mené et aux lacunes des éléments techniques qui ont été utilisés pour la première fois dans un cycle d'élections présidentielles au Nigeria. Nous notons avec inquiétude les rapports selon lesquels de nombreux membres des médias ont été attaqués au cours de l'élection". (site Nigerian Leadership 2/3/2023). L'Amérique soutient ici les positions des partis d'opposition dans leurs objections au processus électoral et les encourage à s'y opposer. Elle n'a pas félicité le président vainqueur et se déclare préoccupée par les informations selon lesquelles les médias ont été attaqués pendant les élections. Cela confirme que le nouveau président n'est pas ce que les États-Unis souhaitent et qu'il n'est pas affilié à ces derniers.

6- Le candidat Atiku Abubakar, qui représente le parti d'opposition, était le vice-président d'Olusegun Obasanjo pendant la période 1999-2007. On sait qu'Obasanjo était un partisan de l'Amérique. Il semble que l'Amérique ait soutenu Atiku Abubakar pour qu'il accède au pouvoir. Et comme il est d'origine musulmane, cela l'a mis en concurrence avec Bola Ahmed Tinubu, qui est également d'origine musulmane et qui a du poids, du soutien et des capacités financières. Il est en concurrence avec Muhammad Bukhari, l'un des agents britanniques. La popularité du People's Democratic Party a décliné en raison de la corruption rampante sous son règne lorsqu'il dirigeait le pays entre 1999 et 2015, en particulier sous le règne de Goodluck Jonathan, qui a jeté de l'huile sur le feu avec ses pratiques arbitraires, sa discrimination à l'égard des musulmans et ses persécutions sous le prétexte de "lutter contre le terrorisme". Même son maître, l'Amérique, a critiqué cette corruption rampante dans le parti et au sein du pouvoir pendant son règne, mais pas pour le réformer, plutôt pour resserrer son emprise sur lui, car la junte au pouvoir s'est impliquée dans la corruption. Ainsi, l'Amérique avait une emprise sur eux, de sorte que s'ils la violent, elle les expose. Elle voulait aller dans le sens de l'opinion publique pour donner l'impression qu'elle était contre la corruption, mais c'est elle qui reste silencieuse à leur sujet et ne travaille pas à les réformer, et c'est elle qui trouble l'ordre public et qui soutient les fauteurs de troubles dans le pays.

7- C'est pourquoi elle a pris des mesures pour avoir un autre homme au cas où le candidat du Parti démocratique populaire, Atiku Abubakar, ne réussirait pas. Elle s'est employée à polir Peter Obi, comme s'il était propre ! Il a démissionné du People's Democratic Party l'année dernière, en mai 2022, et a rejoint le Workers' Party. Il semble qu'il ait calculé que les votes des musulmans qui constituent la majorité au Nigeria se répartiraient entre Atiku Abubakar, le candidat du People's Democratic Party, et Bola Ahmed Tinubu, le candidat du All Progressives Congress Party, le parti au pouvoir, qui est pro-britannique. Ainsi que Rabi'u Musa Kwankwaso, d'origine musulmane et candidat du New Nigeria People's Party, qui a commencé à se faire connaître et est arrivé quatrième aux dernières élections avec 6%. C'est pourquoi l'Amérique a soutenu Peter Obi, qui est chrétien, et les médias américains ont commencé à le mettre en valeur. On dit qu'il est le candidat préféré de la jeunesse nigériane, qui représente 60 % de la population et qui aspire au changement et à la domination de la jeune génération.

La société de médias américaine Bloomberg a annoncé qu'elle avait réalisé un sondage d'opinion au Nigeria. L'enquête menée auprès d'environ 2 384 Nigérians au moyen d'une application pour smartphone a montré que Peter Obi pourrait remporter l'élection présidentielle, tout comme la fondation américaine ANAP, qui a prédit la victoire de Peter Obi. L'Institut démocratique national et l'Institut républicain international ont également prévu la même chose. A noter que le People's Democratic Party a dominé la scène nigériane jusqu'en 2015 et a été le seul parti à pouvoir remporter les élections présidentielles. Le centre politique tendait à favoriser l'Amérique. Cependant, la scène politique a changé lorsque Muhammad Bukhari, l'agent britannique, a pu gagner malgré les tentatives de l'Amérique d'entraver sa victoire.

8- Les richesses pétrolières du Nigeria ont suscité une lutte acharnée entre les principaux pays, en particulier la Grande-Bretagne et l'Amérique. Le Nigeria occupe le douzième rang parmi les pays producteurs de pétrole dans le monde, le huitième pays exportateur de pétrole et le dixième pays en termes de réserves de pétrole. Les réserves de pétrole du Nigeria ont été estimées par l'Agence américaine d'information sur l'énergie entre 16 et 22 milliards de barils, mais d'autres estimations indiquent qu'elles atteignent 35,3 milliards de barils. Ce pétrole fait saliver les concurrents du pétrole nigérian, car il est de type léger ou doux, ce qui signifie qu'il est en grande partie exempt de soufre et que son raffinage est peu coûteux. Le Nigeria compte 159 champs pétroliers et 1481 puits de pétrole, selon le ministère nigérian du pétrole. Les compagnies pétrolières britanniques contrôlaient le pétrole nigérian, mais l'entrée des États-Unis dans l'oléoduc, surtout après 1999, c'est-à-dire sous l'ère Obasanjo, a limité le monopole des compagnies britanniques.

9- Le Nigeria est confronté à de graves problèmes tels que l'insécurité, une économie chancelante, des dettes énormes, une pauvreté extrême et la corruption des hommes politiques..

Ses conditions économiques se détériorent, le taux d'inflation atteignant 21,5 % à la fin de 2022, le taux de chômage étant de 33 % pour tous les adultes et de 42,5 % pour les jeunes. Environ 40 % des 220 millions d'habitants du pays (approximativement) vivent en dessous du seuil de pauvreté, selon les estimations de la Banque mondiale en mars 2022. La valeur de la monnaie nigériane a baissé. La corruption s'est considérablement développée, ce qui a incité l'État à changer trois dénominations de la monnaie du pays au début du mois dernier, en février 2023. Notant qu'il s'agit de l'une des plus grandes économies d'Afrique. Le problème du vol de pétrole prend de l'ampleur dans le sud du pays, ce qui constitue un problème chronique qui a entraîné une baisse des exportations de pétrole du pays, ainsi qu'une pénurie de carburant. Le pays souffre d'un endettement d'environ 103 milliards de dollars, selon le recensement de juin 2022, et le service de ces dettes, c'est-à-dire l'usure et l'assurance, s'élève à environ 12 milliards de dollars par an. Bien que le pays soit l'un des principaux exportateurs de pétrole, cela ne l'a pas aidé à cause de ces problèmes graves et insolubles. Tout cela est dû à la corruption du gouvernement et des dirigeants et à leur subordination aux anciens et nouveaux pays coloniaux. La solution consiste à éliminer cette corruption, c'est-à-dire à changer le système de gouvernement formulé par la Grande-Bretagne coloniale lorsqu'elle a donné au Nigeria son indépendance formelle, mais qu'il est resté une colonie sous d'autres formes, en particulier en ce qui concerne le gouvernement et l'économie. Elle a établi pour lui une constitution importée des constitutions occidentales et a nommé des dirigeants qui la suivent, qu'ils soient d'origine musulmane ou chrétienne. Jusqu'à ce que l'Amérique arrive au milieu des années soixante-dix du siècle dernier, infiltre l'armée et commence à concurrencer la Grande-Bretagne et à entrer en conflit avec elle pour le contrôle du pays.

10- En plus de tout cela, les pays coloniaux, en particulier l'Amérique et la Grande-Bretagne, ont directement interféré dans les affaires du pays. Les déclarations du fonctionnaire américain, le porte-parole du département d'État américain, la déclaration du ministre britannique des affaires étrangères, puis les déclarations du fonctionnaire des affaires étrangères de l'Union européenne sont considérées comme des ingérences directes dans les affaires du pays. À l'origine, les dirigeants et les hommes politiques du Nigeria devraient les dénoncer et les rejeter, demander à ces pays de cesser de s'ingérer dans leur pays, les mettre en garde contre cette ingérence et rompre les liens avec eux. Ensuite, ils devraient réfléchir sérieusement et sincèrement à la manière de sauver le pays et chercher des solutions radicales, et non des solutions de fortune ou des anesthésiants.Si une telle chose se produit, ils concluront que l'Islam est la solution, et que seul l'Islam sauvera le Nigeria et son peuple dans toutes ses branches, qui met tout le monde sur un pied d'égalité en mettant en œuvre le système incarné par le Khilafah Rashidah (califat bien guidé) selon la méthode de la prophétie, et qui ne favorise personne parmi les citoyens dans la réalisation de leurs intérêts et l'obtention de ce dont ils ont besoin pour leur subsistance, leur résidence et leurs déplacements. Qu'ils soient musulmans ou chrétiens. C'est lui qui fait progresser le pays, le libère du colonialisme et y provoque une révolution industrielle qui le rend avancé et supérieur. Ils construisent leur industrie et extraient leur pétrole, qui leur est distribué sans discrimination, de sorte que tout le monde devient autosuffisant et que leur vie, leur honneur et leur argent sont garantis. Ainsi, le chômage, la pauvreté, la peur et la faim disparaissent.

 

﴿إِنَّ فِي ذَلِكَ لَذِكْرَى لِأُولِي الْأَلْبَابِ‌﴾

“C'est là certainement un rappel aux [gens] doués d'intelligence.” [Az-Zumar: 21]

21 Sha’ban 1444 AH

13/3/2023

back to top

Catégories de Sites

Liens

Occident

Terres Musulmanes

Terres Musulmanes