Monday, 23 Sha'aban 1445 | 2024/03/04
Time now: (M.M.T)
Menu
Main menu
Main menu

بسم الله الرحمن الرحيم

Les enfants continueront à avoir faim dans les systèmes capitalistes

Actualité:

Alors que la crise du coût de la vie s'intensifie en Grande-Bretagne, l'attention s'est portée sur l'ampleur de la faim qui touche les enfants dans le pays. Plusieurs médias ont rapporté que la faim des enfants est l'un des plus grands défis auxquels sont confrontées les écoles du Royaume-Uni. Selon le journal The Guardian, les directeurs d'école et les organisations caritatives d'aide alimentaire ont déclaré qu'ils avaient du mal à faire face à la demande croissante des familles qui n'ont pas les moyens de se nourrir. On rapporte que des enfants mangent des gommes (matériel scolaire) pour calmer leur faim ou font semblant de manger dans des boîtes à lunch vides pour dissimuler le fait qu'ils n'ont rien à manger à la maison. Certains enfants arrivent à l'école sans avoir rien mangé depuis le déjeuner de la veille. Selon le Child Poverty Action Group, il y a 800 000 enfants en Angleterre qui vivent sous le seuil de pauvreté et qui passent la journée d'école à souffrir de la faim parce qu'ils ne répondent pas aux critères d'éligibilité misérables du gouvernement pour les repas scolaires gratuits. L'inflation élevée et les coûts énormes de l'énergie obligent les familles à choisir entre acheter de la nourriture et chauffer leur maison, et beaucoup ne peuvent se permettre ni l'un ni l'autre.

Commentaire:

Cette situation déchirante se produit dans un pays qui a été décrit comme le 5e pays le plus riche du monde. Il y a 4,3 millions d'enfants qui vivent dans la pauvreté en Grande-Bretagne, et on prévoit que beaucoup d'autres seront contraints à la pauvreté en raison de la crise actuelle du coût de la vie. Une étude de l'université de Loughborough, au Royaume-Uni, publiée en juillet dernier, a montré que près de 40 % des enfants et des jeunes du nord-est de l'Angleterre vivent sous le seuil de pauvreté. Il y aurait plus de banques alimentaires caritatives dans le pays, où les personnes qui ne peuvent pas se procurer les produits de première nécessité vont chercher de l'aide, que de points de vente McDonalds, présents dans presque toutes les rues principales du pays.

Tout cela constitue une accusation accablante du système capitaliste mis en œuvre dans le pays et dans les États du monde entier - dont beaucoup connaissent des niveaux similaires, voire pires, de pauvreté et de faim chez les enfants. Il s'agit d'un système qui ne parviendra jamais à répondre aux besoins fondamentaux de la population. Toutefois, cela n'est qu'inévitable dans le cadre de ce système défectueux créé par l'homme, qui génère des économies criblées de dettes en raison de son modèle économique matérialiste et fondé sur les intérêts, et qui considère le problème économique comme un problème de production plutôt que de distribution des richesses. Le gouvernement britannique a récemment annoncé sans vergogne qu'il prévoyait de supprimer le plafonnement des bonus extorqués des banquiers, ainsi que d'accorder une réduction d'impôts aux super riches, arguant que cela faciliterait la croissance du pays. Dans le même temps, il a refusé d'exclure une nouvelle série de réductions des dépenses publiques qui auraient un impact sur les citoyens ordinaires, y compris des restrictions sur les allocations pour les pauvres. Un système qui fonde la croissance économique sur des politiques qui appauvrissent encore plus les citoyens ordinaires, en particulier les pauvres - les forçant à choisir entre mourir de faim et mourir de froid - ne peut certainement pas être un système sain pour gérer les affaires du peuple. Le gouvernement s'est par la suite rétracté de son annonce de réduction des impôts pour les riches suite aux turbulences sur les marchés, plutôt qu'à la prise en compte de l'impact horrible de ses politiques sur les citoyens ordinaires..

Le capitalisme est un système qui profitera toujours aux riches plutôt qu'aux pauvres, aux grandes entreprises plutôt qu'aux citoyens ordinaires, et aux puissants plutôt qu'aux éléments vulnérables et plus faibles de la société. Nous voyons par exemple comment des entreprises énergétiques multimilliardaires ont le champ libre pour faire des profits vertigineux aux dépens des familles à faibles revenus qui doivent grelotter dans des maisons froides parce qu'elles ne peuvent pas payer leurs factures d'énergie. Au début de cette année, le géant pétrolier BP a déclaré qu'il avait "plus de liquidités que nous ne savons quoi en faire" après avoir réalisé près de 10 milliards de livres de bénéfices. Et le capitalisme est un système dans lequel il y aura toujours une déconnexion entre ceux qui gouvernent et les luttes et les difficultés de ceux qu'ils gouvernent. Les chiffres de la croissance économique sont sanctifiés, tandis que la réalité désastreuse de la vie quotidienne des citoyens ordinaires qui luttent pour leur survie financière est ignoré.

En revanche, le système économique islamique considère que le problème économique est celui de la distribution efficace des richesses afin que chaque personne puisse satisfaire ses besoins fondamentaux, tels que la nourriture, le logement et l'habillement, tout en assurant une économie saine qui permette aux individus d'améliorer leurs finances et leur niveau de vie. Par conséquent, il interdit l'intérêt et la thésaurisation de la richesse qui concentre la richesse dans les mains de quelques-uns. Allah (swt) dit :﴿كَىْ لَا يَكُونَ دُولَةًۢ بَيْنَ ٱلْأَغْنِيَآءِ مِنكُمْAfin que cela ne circule pas parmi les seuls riches d'entre vous. [Al-Hachr-7]. L'Islam interdit également la privatisation des ressources naturelles telles que le pétrole, le gaz et l'eau - de telle sorte que tous bénéficient de leur bienfait et de leurs revenus. Le Prophète (saw) a dit : «الْمُسْلِمُونَ شُرَكَاءُ فِي ثَلاَثٍ فِي الْمَاءِ وَالْكَلإِ وَالنَّارِ»"Les musulmans sont partenaires de trois choses : de l'eau, des pâturages et du feu". En outre, le système économique islamique taxe les richesses excédentaires qui vont au-delà de ce qui est nécessaire pour assurer les besoins de base, et taxe la capacité de production des terres (Kharaj). Cela réduit considérablement la charge fiscale des individus et encourage l'entreprise, l'investissement et la création de richesses, ce qui augmente les possibilités d'emploi. En outre, le système islamique croit en l'importance des investissements dans le développement agricole et industriel, et dispose d'une politique agricole distincte et hautement productive qui permet à toute personne qui cultive des terres abandonnées d'en devenir propriétaire. Il impose également aux propriétaires fonciers d'utiliser les terres agricoles qui leur ont été accordées par l'État, et ordonne que toute terre laissée inutilisée pendant plus de trois ans soit confisquée et réattribuée à ceux qui la cultiveront. Tout cela augmente la production et la sécurité alimentaires. Il n'est donc pas surprenant que sous le règne du système politique islamique - l'État de la Khilafah (califat) fondé sur la méthode du Prophète - la pauvreté et la faim aient été éradiquées des terres. Il a été rapporté par Yahya bin Saïd, qui était gouverneur à l'époque du règne du calife Omar bin Abdul Aziz (ra), qu'il a dit : "J'ai été envoyé par Umar bin Abdul Aziz pour collecter la zakat en Afrique. Après l'avoir collectée, j'avais l'intention de la donner aux pauvres. Cependant, je n'en ai pas trouvé. Umar bin Abdul Aziz a rendu tous les gens riches à cette époque".

Rédigé pour le bureau central des médias du Hizb ut Tahrir par

Dr. Nazreen Nawaz

Directrice de la section des femmes du bureau central des médias de Hizb ut Tahrir.

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.

back to top

Catégories de Sites

Liens

Occident

Terres Musulmanes

Terres Musulmanes